Teacher toolkits

English

Your own Digital Storytelling workshop

Let’s get started

The Digital Me Teacher Toolkit is intended to provide secondary school teachers and trainers working with young people aged between 14 - 18 years old with a specific methodology to promote active citizenship, using the Digital Storytelling technique both in schools and in non-formal educational contexts. The course aims to respond to crucial training needs that are emerging among young people, such as intercultural and cross-cultural skills, critical thinking, collaborative and project-based learning, creativity and digital literacy.

11 benefits of Digital Storytelling:

Digital Storytelling is useful tool to talk about emotions. In her Bachelor’s theses Digital Storytelling: a tool for expressing emotions, Sarada Kharel tries to verify ‘the effectiveness of Digital Storytelling in expressing emotions.’ (Kharel, 2012, p. 5) She concludes that the combination of art and narrative makes it an effective tool to express emotions:

The process of creating a digital story forces storytellers to choose a topic that can be appropriately conveyed to a particular audience, with electronic elements, in the time available. This dynamic creates an opportunity to reflect on life and find deep connections with the subject matter of a course or with an out-of class experience. (Kharel, 2012, p. 25)

Kharel emphasises the added value of Digital Storytelling, explaining that ‘from this observational study, it was seen that there is more possibility to know the problems through Digital Storytelling. Details that are not often expressed directly through verbal communication.’ (Kharel, 2012, p. 25)

During the Practicies conference on march 28 of 2019: Prevention of Radicalization and Violent Exremism - Local Strategies and Initiatives, professor Séraphin Alava pointed out that within the group of youngsters with radical ideas, there is a significant number of them that doesn’t take action. Practicies tries to understand what differentiates those youngsters from the ones who actually move on to violence.

This shift from the radical idea to the violent action is often an emotional decision. During the same conference, Peter Neumann, German journalist and academic of the International Centre for the Study of Radicalisation and Political Violence mentioned the importance of the ‘extremist utopia’ that IS promises:

They are said to be the brave young man that leave to build a new society, in contrast to the current one that excludes them. These violent acts are a necessary step towards a better future in which they can feel significant. (Neumann, 2019)

In this regard, the emotional approach that Digital Storytelling shows itself to be, is of use.

Every individual story matters. Joe Lambert, the founder of Story Center, which is the cradle of the Digital Storytelling methodology, explains in his book Digital Storytelling, Capturing Lives, Creating Community, that ‘the work of Digital Storytelling is to support the continued construction of a healthy, individual identity.’

Four of the seven components of Digital Stories that Lambert presents in his book, illustrate the importance of the individual process:

1 ) Self Revelatory - The stories feel as if the author is aware of a new insight that is being shared in the story, giving the story a sense of immediacy and discovery.

2 ) Personal or First Person Voice - The stories are personal reflections on a subject. They are known for conveying emotion in that the subject has deep meaning for the author. ‘p. 37)

3 ) Experiental - They are about a lived experience of the author told, at least in part, as a description of a moment (or a series of moments) in time. They contain scenes.

[...]

7 ) Intention - And this is less about form than function, but it can be said that the StoryCenter workshop privileges self-expression and self-awareness over concerns of publication and audience. Process over product. The product may achieve a larger impact or audience, but the honoring of each individual’s process of authorship, and resulting control over the context of the story being shown, is critical. The storyteller ideally owns the stories, in every sense.  This perspective informs all choices about participation, ethics-in-process, as well as distribution. (Lambert, 2018, p. 38)

According to Lambert, ‘twentieth-century media culture also can be seen as the triumph of the ordinary person.’ The Digital Storytelling methodology  leaves room for each participant’s individual experiences. More, even. It uses their individuality to differentiate and empower.

During the conference of march 2019, specialist in counterterrorism strategies Sarah Murton mentioned that the drivers of radicalisation are varied: ‘There is no single profile.’ She agrees with Lorenzo Vidino, an expert on radicalism that we quote further on in this text: ‘there is not a single strategy for radicalisation because it happens for many different reasons.’ Therefore, when it comes to prevention of radicalisation, an individual approach like Digital Storytelling is appropriate.

Narrative provides a useful method for people to make sense of their identity and experiences. This has been recognised in many fields including psychology, journalism, anthropology and social work (Goldstein, 1990, quoted in Nygren & Blom, 2001). Especially for youngsters, as they are developing their self-confidence and looking for values, needs and talents and developing an identity.

Young adult identity as subjective age is constructed through interaction with significant others and their contexts. (Stryker & Serpe, 1994)

Creating a narrative about a personal story obliges you to critically (re)think stories of your past that had an impact on your identity. Joe Lambert explains:

Our storytellers take the current moment’s anxieties and fears, hopes, aspirations to reframe a story about a core relationship. The retelling of an incident of trauma, or a situation of achievement, or even a seemingly mundane interaction is made to service the establishment of new equilibrium - a homeostasis - in the storyteller’s sense of self. That equilibrium may not be stable, but the story becomes a successful marker, a lingering positive feeling. You have returned to some critical part of your past, a part that hung like a shadow over your identity, and you have begun to make sense of that experience. (Lambert, 2018)

 In doing so, the youngsters are given the opportunity to build their identity in a safe environment.

‘What differentiates the persons that take the step to go to Syria and fight for IS, or to blow themselves up? What differentiates them from the group that doesn’t do that?’, Dominic Kudlaced of the Institute of criminality in Germany asks himself the same question as Séraphin Alava and Peter Neumann during the Practicies conference of march 2019. Youngsters who have low self esteem and who struggle with their identity are more vulnerable for extremism.

During the Practicies conference in Athens, Markus Pausch, political scientist at the Department for Social Innovation of the University of Applied Sciences Salzburg, recommended ‘support for people in the field’. Moreover, study programmes acknowledge the importance of identity building and boosting self confidence. Still, Teachers are often ‘left free’ to work around these themes. The Digital Storytelling toolkit can partly fill this hole.

In her review Digital Storytelling for Reflection and Engagement: a study of the uses and potential of digital storytelling Catherine Boase explains that Digital Storytelling encourages critical thinking:

Telling a story is in itself an activity that requires a degree of critical awareness – knowing what to leave in and what to omit, selecting information and description that will substantiate the story, judging the audience, and presenting the piece in a way that the audience (whether one person or a group) will find compelling, interesting and engaging. Anecdotally, students often find that putting together a coherent narrative is significantly more difficult than they had imagined – this can be for a variety of reasons, from emotional bars to verbalising and sharing an experience, to the logistics of organising and writing details. (Boase, 2013, p. 4)

Critical thinking is a necessary skill for the creation of a narrative, as Jeffs and Smith explain:

The skills required to make a story are the highly transferable and widely applicable skills associated with critical thinking. Critical thinking involves gathering evidence from all senses including verbal and written expression, reflection, observation, experience and reasoning. Ultimately, critical thinking is the mental processes of discernment, analysis and evaluation, which should reconcile scientific evidence with common sense. [...] Reflective learning, according to David Boud, is founded on three aspects: returning to experience, attending to feelings and evaluating experience. (Jeffs and Smith, 2005)

Writing a personal story is a fundamental aspect of Digital Storytelling. So these three aspects of creating a narrative are all present during the workshops.

As they learn to think critically, the youngsters make a positive shift towards an attitude in which they stand stronger against extremist ideas in their day-to-day life. They learn to question statements of the obvious and to think for themselves. This takes time, as most good practices in the prevention against radicalisation do. Johanna Anneli Portman from Helsinki in Finland: ‘In reality, the ‘sexy’ solutions of solving extremism in three weeks, never work.’

As each Digital Story should contain a ‘call for action’, Digital Storytelling does not just enhance the process of the identity building: it also encourages the youngsters to develop their point of view, and gives them an opportunity to resolve injustices. Joe Lambert says the following about the call for action:

Those of us who had taken on the professional task of encouraging the learning, growth and stability of other people, realized that the sense of significance that resulted when a person “found their voice, and made their story be heard” was fundamental to our healthy living. (Lambert, 2018)

This call for action gives every Digital Story a purpose, which can be an important reason for youngsters to express their opinions and show their insights.

Digital Storytelling is an easily accessible and positive way to introduce technology and software to the youngsters. One should even call it a necessary introduction. In the study About Digital Learning & ICT Education, the European Commission mentions that ‘digital skills [...] are essential so that everyone can take part in society and contribute to economic and social progress in the digital era.’ (Deloitte and IPSOS, 2019) So decent media education can be a part of the solution to fight exclusion.

Moreover, these Digital Stories are an easily accessible result to watch by parents with low media literacy.

In this new era of pervasive technology, a positive attitude of parents towards digital technologies is the key for successful implementation of ICT at school. [...] Parents recognise that the world has changed and that the use of ICT at school has become fundamental to prepare young people for the future. (Deloitte and IPSOS, 2019)

In the essay L’éducation aux médias : une urgence contre la radicalisation cognitive des jeunes, professor Séraphin Alava calls media education a ‘fundamental civilian challenge’ (Alava, 2017). Nevertheless, he also stresses the opportunities that lie in the media, and he even calls media education a possible solution:

To avoid the closure of spirits and the end of dialogue [to a large extent attributed to multimedia earlier in the essay], media education is a lever for brotherhood and intelligence. (Alava, 2017)

Social identity is the self-concept derived from one’s group memberships. Adolescents define their social identities according to how they are similar to and differ from others, finding meaning in the sports, religious, school, gender, and ethnic categories they belong to (Introduction to psychology, 2010). In his essay Généraliser un service civique numérique, professor Séraphin Alava pleads for a digital civilian service. He considers ‘nothing more efficient to reduce the impact of this [digital] violence than the relation between youngsters.’ (Alava, 2017)

We use this interaction between youngsters in Digital Storytelling. Making narratives through collaborative activity demonstrates the heuristic nature of the narrative thinking process. When collaborating on making a story, the narrative is tested by members of the group, evaluated and revised to represent a consensually validated account and interpretation of the event or situation.

Joe Lambert emphasises on the magic of the Story Circle and the experience of being listened to:

When you gather people in a room, and listen, deeply listen to what they are saying, and also, by example alone, encourage others to listen, magic happens. (Lambert, 2009, p.86)

This process requires collaboration, negotiation and accommodation. In working together to create a mutually acknowledged or accepted truth, the storytellers increase their understanding of each other. This fact makes narrative transactions a useful tool for encouraging social reflection and producing mutual understanding and potentially, social cohesion.

Before making a Digital Story, youngsters ask themselves ‘Who would be interested in my story?’ and ‘Am I able to make this kind of story?’ The dissemination moment is exciting, because everything comes together: the videos are shown and the youngsters immediately see the reactions on people’s faces. Everyone is a bit nervous. There is this ‘buzz’ in the air. During this dissemination, they get the answer to the questions mentioned above: ‘Yes, I’m able to make a Digital Story.’ and ‘Yes. My environment is interested in my story.’

Being present when everyone watches and receiving reactions to the result, makes the youngsters feel proud. They get a kick out of the experience of release and discharge. That is important because they search for a similar rush when radicalizing. When the school makes sure these videos are success stories, they can be the the kind of triumph that boosts the youngsters’ self esteem and that makes them less vulnerable. The youngsters establish a connection with the school or society.

In his essay L’éducation aux médias : une urgence contre la radicalisation cognitive des jeunes, professor Séraphin Alava claims that ‘we encounter great difficulties on the net when it comes to differentiating between information and interpretation.’ As a solution, he proposes that youngsters have to be ‘able to work this kind of communication without tabou, without filter.’ (Séraphin Alava, 2017)

Digital Storytelling fits this vision, as the ground rules of the Story Circle demonstrate:

  • You choose what to tell and what not to tell;
  • What’s been told, stays in the Story Circle;
  • Respect: first, we let eachother finish. Afterwards, we give feedback on how the story is told, not on the content.

The first two rules are necessary to create a safe space. The third one teaches the difference between facts and opinions. So during the Story Circle, the youngsters’ attention is repeatedly drawn to the difference between ‘information’ and ‘interpretation’, which trains them to think for themselves, to encourage them to take an active part in their role of citizenship. To find their place in society by contributing to it.

European Parliamentary research service author Anita Orav suggests the need to understand the processes of recruitment. She writes:

Radicalisation is a dynamic process cutting across social and demographic strata. Recent studies seeking to understand it suggest of the need to profile the processes of recruitment, be it online or in places such as schools, mosques and prisons. The causes of radicalisation are complex, drawing from the continuing conflicts in the Middle East, the disconnectedness of large Muslim communities living in Western societies and their search for identity. The process of recruitment occurs by way of extremist propaganda spread by terrorist organisations with roots abroad, but operating in Europe. (Orav, 2018)

Although the most important goal of Digital Storytelling is to encourage active citizenship, more then to expose possible radicalists, the methodology can additionally serve to give insights in the dynamic processes that are going on in schools, mosques and prisons, contributing to the environments where radicalism emerges. As proves another conclusion of Sarada Kharel’s Bachelor’s theses:

The DST process used in this project has helped both participants and viewers from educational and emotional point. (Kharel, 2012, p. 26)

Prevention of radicalism is also about focusing on psychology and emotions. In her theses, Sarada Kharel stresses the importance of the ability to express emotions:

However, the ability to express the emotions through digital storytelling might help them to find a way to relieve from developing mental stress and problems. (Kharel, 2012, p. 26)

In her briefing of march 2015, Religious fundamentalism and radicalisation, Anita Orav mentions two important causes of radicalism. On the one hand, there is the lack of respect for other beliefs:

Religious fundamentalism, a belief in an absolute religious ideology with no tolerance for differing interpretations, is a contributing factor to the development of radical opinions. (Orav, 2015, p. 1)

On the other hand, there is the lack of connection with society:

The causes of radicalisation are complex, drawing from the continuing conflicts in the Middle East, the disconnectedness of large Muslim communities living in Western societies and their search for identity. (p. 1)

We already demonstrated that Digital Storytelling creates an atmosphere of respect for other ideas and opinions and that it allows the youngsters to build their identity in a safe environment. Although Orav uses examples of religious fundamentalism, Digital Storytelling touches a lot of those ‘painful areas’ of radicalism prevention in general: whether it’s religious forms of radicalisation or others (such as far right).

Digital Storytelling touches all those factors briefly and momentary, but globally.

Of all the benefits we’ve summed up above, there’s not one in particular that we want you to remember. Because the greatest advantage of Digital Storytelling, is that it combines all those advantages in a harmonious whole. It’s important to emphasise this when approaching Digital Storytelling as a preventive tool against radicalism. Anita Orav concludes that radicalised individuals don’t fit into a single prevention strategy:

A recent approach to radicalisation suggests seeing it as a dynamic and non-linear process. Because the motivations driving radicalisation are personal and psychological, recruitment cannot be viewed as a logical chain reaction. While there is no single, or even main, set of motivations, radicalisation appears to adhere to the 'normal' motivational variables. The lack of a single profile makes a targeted response difficult although it is suggested that most young extremists fall into one of two categories: well- educated undergraduates and people with qualifications in engineering and IT, or school drop-outs, often with criminal backgrounds. But because these individuals have been activated either by socio-economic, psycho-social, ideological or political triggers, they cannot fit into a single prevention strategy. (Orav, 2015, p. 3)

She proposes a more suitable approach of the different profiling dimensions, processes and pathways of radicalisation. In an interview with the mediterranean dialogues in Rome, expert on radicalism Lorenzo Vidino agrees that there is ‘not a single strategy for radicalisation because it happens for many different reasons’:

‘There’s not a single strategy that works. [...] You need many different tactics. You need obviously a strategy, but you need many tools, many activities, many tactics. Some of them deal with the macro-level: countering the message, countering the narrative. [...] Some of them deal very much with individual level, the micro-level.’ (2017, Vidino)

He concludes that ‘the preventive approach is a useful, not alternative but supplement to the repressive approach.’

The usefulness as a preventive tool lies in the fact that Digital Storytelling touches all those factors briefly and momentary, but globally. The combination of all those factors makes it a wonderful tool to use with youngsters. Whether it is to teach critical thinking and expressing opinions, to encourage identity building or active citizenship, or in a broader policy to prevent radicalisation.

Toolkit

Each youngster writes a personal story, guided by the feedback of the group in the Story Circle. Afterwards, they turn the story into a short video of 1 to 3 minutes. This ready-to-use toolkit has been designed for every formal or non-formal education and training sector that is interested in working around identity, society and solidarity or social media and IS. We take you along the different steps of Digital Storytelling and hand you concrete tools to facilitate the workshops yourself.

Telling the story

Exploring the theme

Different themes require a different approach. Before we start telling stories, we explore the theme to warm up our brain. This is where the toolkits of ‘Identity’, ‘Society and Solidarity’ and ‘IS and Social Media’ vary the most.

Story Circle

The youngsters individually answer a question that relates to the theme. They explain this answer in the Story Circle, where the group reflects on the individual stories: how can we turn this answer into a story?

Writing the story

Starting from their answer and the feedback they’ve just received from the group, the youngsters now individually write their story.

A good story is the foundation of a good Digital Story. Different groups may need a different amount of Story Circle feedback sessions to get the story right.

Making a storyboard

Firstly, the youngsters learn how images can serve a functional use in their Digital Story. The youngsters divide their story into different ‘parts of significance’. For each part, they think of the best possible image to go with the story.

In the final Story Circle, the youngsters present their final version of their Digital Story on paper: they tell the story and they show their finished storyboard.

Making it digital

Collecting the images

The images of your storyboard need to make it into the iPad. The possibilities are endless: drawing, taking pictures, clippings and decoupage. When searching for images on the internet, it’s important to inform the youngsters about copyright.

Voice recording

When you have imported the images into iMovie and you have put them in the right order, you can start recording the story. The youngsters record the story in their own voice, which makes the stories instantly more pure and powerful.

Editing

The last step is to enlarge or to reduce the amount of time that each image is shown, in order to go well with the sound of the story. The youngsters listen to their voice recording and cut the showing of each image shorter or they make it larger.

Watching

When everyone has finished his or her story, the group gathers to watch all the Digital Stories together. This is always an exciting moment: everyone is curious for the other movies and for the reactions they will receive. But mostly, it’s a moment of empowerment, because the youngsters feel relieved and proud afterwards.

Evaluation

A moment of reflection is appropriate: what was cool? What was difficult? Is there something you’ve learned that you can use in the future?

Are you excited to get started? Download our ready-to-use toolkit for teachers and social workers. As it is based on the workshops that were developed for Digital Me, it contains three guides: ‘Identity’, ‘Society and Solidarity’ and ‘IS and Social Media’.

The toolkit describes in detail the process of a Digital Storytelling workshop and hands concrete tools to facilitate them. It has been designed for every formal or non-formal education and training sector that are interested in working around identity, society and solidarity or social media and IS.

Digital Storytelling Tool

English

Français

Votre propre atelier de Digital Storytelling

Commençons

Le Digital Me Teacher Toolkit est destiné à fournir une méthodologie spécifique pour promouvoir la citoyenneté active aux enseignants et aux formateurs du secondaire travaillant avec des jeunes âgés de 14 à 18 ans. La technique Digital Storytelling peut s’utiliser tant dans les écoles que dans les contextes éducatifs non formels. Les ateliers visent à répondre aux besoins de formation cruciaux qui se font jour chez les jeunes, tels que les compétences interculturelles et interculturelles, la pensée critique, l'apprentissage collaboratif et par projet, la créativité et la culture numérique.

11 bienfaits de Digital Storytelling

Le Digital Storytelling est un outil utile pour parler des émotions. Dans ses thèses de baccalauréat Digital Storytelling : a tool for expressing emotions, Sarada Kharel tente de vérifier 'l'efficacité du Digital Storytelling dans l'expression des émotions'. (Kharel, 2012, p. 5) Elle conclut que la combinaison de l'art et de la narration en fait un outil efficace pour exprimer ses émotions :

Le processus de création d'un Digital Story oblige les conteurs à choisir un sujet qui peut être transmis de façon appropriée à un public particulier, avec des éléments électroniques, dans le temps disponible. Cette dynamique crée une occasion de réfléchir sur la vie et de trouver des liens profonds avec le sujet d'un cours ou avec une expérience hors du commun. (Kharel, 2012, p. 25)

Kharel souligne la valeur ajoutée du Digital Storytelling, expliquant que ‘cette étude observationnelle a montré qu'il est plus facile de connaître les problèmes grâce au Digital Storytelling. Des détails qui ne sont pas souvent exprimés directement par la communication verbale.’ (Kharel, 2012, p. 25)

Lors de la conférence Practicies du 28 mars 2019 : Prévention de la radicalisation et de l'extrémisme violent - Stratégies et initiatives locales, le professeur Séraphin Alava a souligné qu'au sein du groupe des jeunes aux idées radicales, il y en a un nombre important qui n'agissent pas. Practicies essaie de comprendre ce qui différencie ces jeunes de ceux qui passent à la violence.

Ce passage de l'idée radicale à l'action violente est souvent une décision émotionnelle. Au cours de la même conférence, Peter Neumann, journaliste allemand et universitaire du Centre international d'étude de la radicalisation et de la violence politique, a évoqué l'importance de ‘l’utopie extrémiste’ que Daesh promet :

On leur dit qu'ils sont les jeunes hommes courageux qui partent pour construire une nouvelle société, contrairement à la société actuelle qui les exclut. Ces actes de violence sont une étape nécessaire vers un avenir meilleur dans lequel ils peuvent se sentir importants. (Neumann, 2019)

A cet égard, l'approche émotionnelle que Digital Storytelling se révèle d’être, est utile.

Chaque histoire compte. Joe Lambert, fondateur du Story Center, qui est le berceau de la méthodologie du Digital Storytelling, explique dans son livre Digital Storytelling, Capturing Lives, Creating Community, que ‘le travail du Digital Storytelling est de soutenir la construction d'une identité individuelle saine et continue’.

Quatre des sept composantes de Digital Stories que Lambert présente dans son livre illustrent l'importance du processus individuel :

1) L’auto-révélation - Les histoires donnent l'impression que l'auteur est conscient d'un nouvel aperçu qui est partagé dans l'histoire, donnant à l'histoire un sentiment d'immédiateté et de découverte.

2) La voix personnelle ou à la première personne - Les histoires sont des réflexions personnelles sur un sujet. Ils sont connus pour véhiculer l'émotion en ce que le sujet a une signification profonde pour l'auteur.

3) Expérimental - Il s'agit d'une expérience vécue de l'auteur racontée, au moins en partie, comme une description d'un moment (ou d'une série de moments) dans le temps. Ils contiennent des scènes. (Lambert, 2018, p. 37)

[...]

7) Intention - Ce n'est pas autant une question de forme que de fonction, mais on peut dire que l'atelier StoryCenter privilégie l'expression et la conscience de soi sur les préoccupations de publication et d'audience. Le processus sur le produit. Le produit peut avoir un impact ou un public plus large, mais il est essentiel d'honorer le processus de création de chaque individu et le contrôle qu'il exerce sur le contexte de l'histoire présentée. Le conteur possède idéalement les histoires, dans tous les sens du terme.  Cette perspective éclaire tous les choix concernant la participation, l'éthique en cours de traitement et la distribution. (Lambert, 2018, p. 38)

Selon Lambert, ‘la culture médiatique du XXe siècle peut aussi être considérée comme le triomphe de la personne ordinaire’. La méthodologie du Digital Storytelling laisse de la place aux expériences individuelles de chaque participant. Plus, même plus. Il utilise leur individualité pour se différencier et s'autonomiser.

Lors de la conférence de mars 2019, Sarah Murton, spécialiste des stratégies antiterroristes, a mentionné que les moteurs de la radicalisation sont variés : ‘Il n'y a pas un seul profil’. Elle est d'accord avec Lorenzo Vidino, un expert en radicalisme que nous citons plus loin dans ce texte : ‘Il n'y a pas une seule stratégie de radicalisation parce que cela se produit pour de nombreuses raisons différentes’. Par conséquent, lorsqu'il s'agit de la prévention de la radicalisation, une approche individuelle comme le Digital Storytelling est appropriée.

La narration est une méthode utile pour permettre aux gens de donner un sens à leur identité et à leurs expériences. Cela a été reconnu dans de nombreux domaines, dont la psychologie, le journalisme, l'anthropologie et le travail social (Goldstein, 1990, cité dans Nygren & Blom, 2001). Surtout pour les jeunes, car ils développent leur confiance en eux, recherchent des valeurs, des besoins et des talents et développent une identité.

L'identité des jeunes adultes en tant qu'âge subjectif se construit par l'interaction avec les autres et leurs contextes. (Stryker & Serpe, 1994)

La création d'un récit sur une histoire personnelle vous oblige à (re)penser de façon critique les histoires de votre passé qui ont eu un impact sur votre identité. Joe Lambert explique :

Nos conteurs prennent les angoisses et les craintes, les espoirs et les aspirations du moment présent pour recadrer une histoire sur une relation fondamentale. Le récit d'un incident traumatique, d'une situation de réussite ou même d'une interaction apparemment banale est fait pour servir l'établissement d'un nouvel équilibre - une homéostasie - dans le sens que le conteur a de lui-même. Cet équilibre n'est peut-être pas stable, mais l'histoire devient un marqueur de succès, un sentiment positif persistant. Vous êtes revenu à une partie critique de votre passé, une partie qui pendait comme une ombre sur votre identité, et vous avez commencé à donner un sens à cette expérience. (Lambert, 2018)

Ce faisant, les jeunes ont la possibilité de construire leur identité dans un environnement sûr.

‘Qu'est-ce qui différencie les personnes qui font le pas d'aller en Syrie et de se battre pour la SI, ou de se faire sauter ? Qu'est-ce qui les différencie du groupe qui ne le fait pas ?’ Dominic Kudlaced de l'Institut de criminalité en Allemagne se pose la même question que Séraphin Alava et Peter Neumann lors de la conférence Practicies de mars 2019. Les jeunes qui ont une faible estime de soi et qui luttent avec leur identité sont plus vulnérables à l'extrémisme.

Lors de la conférence Practicies à Athènes, Markus Pausch, politologue au département d'innovation sociale de la Haute école spécialisée de Salzbourg, a recommandé de ‘soutenir les personnes dans ce domaine’. En outre, les programmes d'études reconnaissent l'importance de la construction identitaire et du renforcement de la confiance en soi. Pourtant, les enseignants sont souvent ‘laissés libres’ de travailler autour de ces thèmes. La boîte à outils Digital Storytelling peut en partie combler cette lacune.

Dans sa revue Digital Storytelling for Reflection and Engagement : A study of the uses and potential of Digital Storytelling, Catherine Boase explique que Digital Storytelling encourage la pensée critique :

Raconter une histoire est en soi une activité qui exige un certain degré de conscience critique - savoir ce qu'il faut laisser et ce qu'il faut omettre, choisir l'information et la description qui étaieront l'histoire, juger le public et présenter l'œuvre d'une manière que le public (une personne ou un groupe) trouvera convaincante, intéressante et engageante. De façon anecdotique, les élèves trouvent souvent qu'il est beaucoup plus difficile qu'ils ne l'avaient imaginé d'élaborer un récit cohérent, et ce, pour diverses raisons, qu'il s'agisse des obstacles émotionnels, de la verbalisation et du partage d'une expérience, de la logistique d'organisation et de rédaction des détails. (Boase, 2013, p. 4)

La pensée critique est une compétence nécessaire à la création d'un récit, comme l'expliquent Jeffs et Smith :

Les compétences requises pour faire une histoire sont les compétences hautement transférables et largement applicables associées à la pensée critique. La pensée critique consiste à recueillir des preuves auprès de tous les sens, y compris l'expression verbale et écrite, la réflexion, l'observation, l'expérience et le raisonnement. En fin de compte, la pensée critique est un processus mental de discernement, d'analyse et d'évaluation, qui doit concilier les preuves scientifiques avec le bon sens. Selon David Boud, l'apprentissage réflexif est fondé sur trois aspects : le retour à l'expérience, la prise en compte des sentiments et l'évaluation de l'expérience. (Jeffs et Smith, 2005)

L'écriture d'une histoire personnelle est un aspect fondamental du  Digital Storytelling. Ces trois aspects de la création d'un récit sont donc tous présents pendant les ateliers.

En apprenant à penser de manière critique, les jeunes adoptent une attitude positive qui leur permet de s'opposer plus fermement aux idées extrémistes dans leur vie quotidienne. Ils apprennent à remettre en question les évidences et à penser par eux-mêmes. Cela prend du temps, comme le font la plupart des bonnes pratiques en matière de prévention de la radicalisation. Johanna Anneli Portman d'Helsinki en Finlande : ‘En réalité, les solutions 'sexy' de résoudre l'extrémisme en trois semaines, ne fonctionnent jamais’.

Comme chaque Digital Story doit contenir un ‘appel à l'action’, le Digital Storytelling ne fait pas que renforcer le processus de construction identitaire : il encourage aussi les jeunes à développer leur point de vue et leur donne l'occasion de résoudre les injustices. Joe Lambert dit ce qui suit au sujet de l'appel à l'action :

Ceux d'entre nous qui avaient entrepris la tâche professionnelle d'encourager l'apprentissage, la croissance et la stabilité d'autres personnes, ont réalisé que le sens de l'importance qui en résultait lorsqu'une personne ‘trouvait sa voix et faisait entendre son histoire’ était fondamental pour notre vie saine. (Lambert, 2018)

Cet appel à l'action donne un but à chaque Digital Story, ce qui peut être une raison importante pour les jeunes d'exprimer leurs opinions et de montrer leurs idées.

Digital Storytelling est un moyen facile d'accès et positif d'introduire la technologie et les logiciels aux jeunes. On peut même dire qu'il s'agit d'une introduction nécessaire. Dans l'étude sur l'apprentissage numérique et l'éducation aux TIC, la Commission européenne mentionne que ‘les compétences numériques sont essentielles pour que chacun puisse participer à la société et contribuer au progrès économique et social à l'ère numérique’. (Deloitte et IPSOS, 2019) Une éducation aux médias décente peut donc faire partie de la solution pour combattre l'exclusion.

De plus, ces Digital Stories sont un résultat facilement accessible pour les parents ayant une faible culture médiatique.

Dans cette nouvelle ère de technologie omniprésente, une attitude positive des parents à l'égard des technologies numériques est la clé d'une mise en œuvre réussie des TIC à l'école. Les parents reconnaissent que le monde a changé et que l'utilisation des TIC à l'école est devenue fondamentale pour préparer les jeunes à l'avenir. (Deloitte et IPSOS, 2019)

Dans l'essai L'éducation aux médias : une urgence contre la radicalisation cognitive des jeunes, le professeur Séraphin Alava qualifie l'éducation aux médias de ‘défi civil fondamental’ (Alava, 2017). Néanmoins, il insiste également sur les opportunités qui existent dans les médias, et il considère même l'éducation aux médias comme une solution possible :

Pour éviter la fermeture des esprits et la fin du dialogue [largement attribuée au multimédia dans l'essai], l'éducation aux médias est un levier de fraternité et d'intelligence. (Alava, 2017)

L'identité sociale est le concept de soi dérivé de l'appartenance à un groupe. Les adolescents définissent leur identité sociale en fonction de leurs similitudes et de leurs différences par rapport aux autres, trouvant un sens dans les catégories sportives, religieuses, scolaires, sexuelles et ethniques auxquelles ils appartiennent (Introduction to psychology, 2010). Dans son essai Généraliser un service civique numérique, le professeur Séraphin Alava plaide pour un service civil numérique. Il considère que ‘rien n'est plus efficace pour réduire l'impact de cette violence [numérique] que la relation entre les jeunes’. (Alava, 2017)

Nous utilisons cette interaction entre les jeunes dans Digital Storytelling. Faire des récits par le biais d'activités de collaboration démontre la nature heuristique du processus de pensée narrative. Lorsqu'ils collaborent à la réalisation d'une histoire, les membres du groupe testent le récit, l'évaluent et le révisent pour représenter un récit et une interprétation consensuellement validés de l'événement ou de la situation.

Joe Lambert met l'accent sur la magie du Cercle de l'histoire et l'expérience d'être écouté :

Quand vous rassemblez les gens dans une pièce, et que vous écoutez, vous écoutez profondément ce qu'ils disent, et aussi, par l'exemple seul, encouragez les autres à écouter, la magie opère. (Lambert, 2009, p.86)

Ce processus exige la collaboration, la négociation et l'accommodement. En travaillant ensemble pour créer une vérité mutuellement reconnue ou acceptée, les conteurs améliorent leur compréhension mutuelle. Ceci fait des transactions narratives un outil utile pour encourager la réflexion sociale et produire la compréhension mutuelle et potentiellement la cohésion sociale.

Avant de faire un Digital Story, les jeunes se demandent 'Qui s'intéresserait à mon histoire ?' et 'Suis-je capable de faire ce genre d'histoire ?'. Le moment de la diffusion est passionnant, car tout est réuni : les vidéos sont diffusées et les jeunes voient immédiatement les réactions sur les visages des gens. Tout le monde est un peu nerveux. Il y a ce ‘buzz’ dans l'air. Au cours de cette diffusion, ils obtiennent la réponse aux questions mentionnées ci-dessus : ‘Oui, je suis capable de faire un Digital Story’ et ‘Oui, mon environnement s'intéresse à mon histoire’.

Les jeunes sont fiers d'être présents lorsque tout le monde regarde et reçoit des réactions au résultat. Ils tirent un grand plaisir de l'expérience de la libération et de la décharge. C'est important parce qu'ils recherchent le même frisson lorsqu'ils se radicalisent. Lorsque l'école s'assure que ces vidéos sont des histoires à succès, elles peuvent être le genre de triomphe qui renforce l'estime de soi des jeunes et qui les rend moins vulnérables. Les jeunes établissent un lien avec l'école ou avec la société.

Dans son essai L'éducation aux médias : une urgence contre la radicalisation cognitive des jeunes, le professeur Séraphin Alava affirme que ‘nous rencontrons de grandes difficultés sur le net lorsqu'il s'agit de faire la différence entre information et interprétation’. Comme solution, il propose que les jeunes soient ‘capables de travailler ce type de communication sans tabou, sans filtre’. (Séraphin Alava, 2017)

Le Digital Storytelling s'inscrit dans cette vision, comme le démontrent les règles de base du Story Circle :

  1. Vous choisissez vous-mêmes ce que vous voulez dire ou partager dans le Story Circle.
  2. Ce qui a été dit, reste dans le Story Circle ;
  3. Respect : tout d'abord, nous nous laissons finir. Ensuite, nous donnons notre avis sur la façon dont l'histoire est racontée, et non sur le contenu.

Les deux premières règles sont nécessaires pour créer un espace sûr. La troisième enseigne la différence entre les faits et les opinions. Ainsi, au cours du Story Circle, l'attention des jeunes est sans cesse attirée sur la différence entre ‘l’information’ et ‘l’interprétation’, ce qui les forme à penser par eux-mêmes, pour les encourager à prendre une part active dans leur rôle de citoyens. Ils trouvent leur place dans la société en y contribuant.

Anita Orav, auteur du service de recherche du Parlement européen, suggère la nécessité de comprendre les processus de recrutement. Elle écrit :

La radicalisation est un processus dynamique qui transcende les couches sociales et démographiques. Des études récentes visant à le comprendre suggèrent la nécessité de profiler les processus de recrutement, que ce soit en ligne ou dans des lieux tels que les écoles, les mosquées et les prisons. Les causes de la radicalisation sont complexes, en raison de la persistance des conflits au Moyen-Orient, de la déconnexion des grandes communautés musulmanes vivant dans les sociétés occidentales et de leur quête d'identité. Le processus de recrutement se fait par le biais d'une propagande extrémiste diffusée par des organisations terroristes ayant des racines à l'étranger, mais opérant en Europe. (Orav, 2018)

Bien que l'objectif le plus important du Digital Storytelling soit d'encourager la citoyenneté active, plus que d'exposer d'éventuels radicalistes, la méthodologie peut également servir à donner un aperçu des processus dynamiques qui se déroulent dans les écoles, les mosquées et les prisons, contribuant aux environnements où le radicalisme émerge. Comme le prouve une autre conclusion des thèses de bachelor de Sarada Kharel :

Le processus Digital Storytelling utilisé dans ce projet a aidé les participants et les téléspectateurs d'un point de vue éducatif et émotionnel. (Kharel, 2012, p. 26)

La prévention du radicalisme, c'est aussi se concentrer sur la psychologie et les émotions. Dans ses thèses, Sarada Kharel souligne l'importance de la capacité à exprimer ses émotions :

Cependant, la capacité d'exprimer les émotions par le Digital Storytelling peut les aider à trouver un moyen de se libérer du stress et des problèmes mentaux. (Kharel, 2012, p. 26)

Dans son briefing de mars 2015, Le fondamentalisme religieux et la radicalisation, Anita Orav mentionne deux causes importantes du radicalisme. D'une part, il y a le manque de respect pour les autres croyances :

Le fondamentalisme religieux, la croyance en une idéologie religieuse absolue sans tolérance pour les interprétations divergentes, est un facteur qui contribue au développement des opinions radicales. (Orav, 2015, p. 1)

D'autre part, il y a le manque de lien avec la société :

Les causes de la radicalisation sont complexes, en raison de la persistance des conflits au Moyen-Orient, de la déconnexion des grandes communautés musulmanes vivant dans les sociétés occidentales et de leur quête d'identité. (p. 1)

Nous avons déjà démontré que le Digital Storytelling établit une atmosphère de respect pour les autres idées et opinions et qu'il permet aux jeunes de construire leur identité dans un environnement sûr. Bien qu'Orav utilise des exemples de fondamentalisme religieux, le Digital Storytelling est également attentif aux autres ‘domaines délicats’ de la prévention du radicalisme en général : qu'il s'agisse de formes religieuses de radicalisation ou d’autres (comme l'extrême droite).

Digital Storytelling touche tous ces facteurs brièvement et momentanément, mais globalement.

De tous les avantages que nous avons résumés ci-dessus, il n'y en a pas un en particulier que nous voulons vous rappeler. Parce que le plus grand avantage du Digital Storytelling, c'est qu'il combine tous ces avantages dans un ensemble harmonieux. Ceci est important à souligner, lorsque l'on aborde le Digital Storytelling comme un outil de prévention contre le radicalisme. Anita Orav conclut que les individus radicalisés ne s'inscrivent pas dans une stratégie de prévention unique :

 

Une approche récente de la radicalisation suggère de la considérer comme un processus dynamique et non linéaire. Parce que les motivations de la radicalisation sont personnelles et psychologiques, le recrutement ne peut être considéré comme une réaction en chaîne logique. Bien qu'il n'existe pas d'ensemble unique, ni même principal, de motivations, la radicalisation semble adhérer aux variables motivationnelles ‘normales’. L'absence d'un profil unique rend difficile une réponse ciblée, bien que l'on puisse penser que la plupart des jeunes extrémistes entrent dans l'une des deux catégories suivantes : les étudiants de premier cycle bien formés et les personnes ayant des qualifications en ingénierie et en informatique, ou les jeunes ayant abandonné l'école, souvent dans un contexte criminel. Mais comme ces personnes ont été activées par des facteurs socio-économiques, psychosociaux, idéologiques ou politiques, elles ne peuvent s'inscrire dans une seule stratégie de prévention. (Orav, 2015, p. 3)

Elle propose une approche plus adaptée des différentes dimensions, processus et voies de radicalisation du profilage. Dans une interview accordée aux dialogues méditerranéens à Rome, Lorenzo Vidino, expert en radicalisme, reconnaît qu'il n'y a ‘pas une seule stratégie de radicalisation, parce que cela se produit pour de nombreuses raisons différentes’ :

Il n'y a pas une seule stratégie qui fonctionne. (...) Vous avez besoin de beaucoup de tactiques différentes. Il faut évidemment une stratégie, mais il faut beaucoup d'outils, beaucoup d'activités, beaucoup de tactiques. Certains d'entre eux traitent du niveau macro : contrer le message, contrer le récit. (...) Certains d'entre eux s'occupent beaucoup du niveau individuel, le niveau micro. (2017, Vidino)

Vidino conclut que ‘l'approche préventive est une approche utile, non pas alternative, mais complémentaire de l'approche répressive’.

L'utilité en tant qu'outil de prévention réside dans le fait que le Digital Storytelling touche tous ces facteurs brièvement et momentanément, mais globalement. La combinaison de tous ces facteurs en fait un outil merveilleux à utiliser avec les jeunes. Que ce soit pour enseigner la pensée critique et exprimer des opinions, pour encourager la construction identitaire ou la citoyenneté active, ou dans le cadre d'une politique plus large visant à prévenir la radicalisation.

Toolkit

Chaque jeune écrit une histoire personnelle, guidée par les commentaires du groupe dans le Story Circle. Ensuite, ils transforment l'histoire en une courte vidéo de 1 à 3 minutes. Ce toolkit, prête à l'emploi, a été conçue pour tous les secteurs de l'éducation et de la formation formelles ou non formelles qui souhaitent travailler autour de l'identité, de la société et de la solidarité ou des médias sociaux et daesh. Nous vous accompagnons tout au long des différentes étapes de la narration numérique et vous fournissons des outils concrets pour animer vous-même les ateliers.

Raconter l'histoire

Exploration du thème

Different themes require a different approach. Before we start telling stories, we explore the theme to warm up our brain. This is where the toolkits of ‘Identity’, ‘Society and Solidarity’ and ‘IS and Social Media’ vary the most.

Story Circle

Les jeunes répondent individuellement à une question en rapport avec le thème. Ils expliquent cette réponse dans le Story Circle, où le groupe réfléchit sur les histoires individuelles : comment pouvons-nous transformer cette réponse en histoire ?

Écrire l'histoire

En partant de leur réponse et des commentaires qu'ils viennent de recevoir du groupe, les jeunes écrivent maintenant individuellement leur histoire.

Une bonne histoire est le fondement d’un bon Digital Story. Différents groupes peuvent avoir besoin d'un nombre différent de séances de rétroaction du Story Circle pour que l'histoire se déroule bien.

Storyboard

Tout d'abord, les jeunes apprennent comment les images peuvent servir à une utilisation fonctionnelle dans leur histoire numérique. Les jeunes divisent leur histoire en différentes ‘parties significatives’. Pour chaque partie, ils pensent à la meilleure image possible pour accompagner l'histoire.

Dans le dernier Story Circle, les jeunes présentent la version finale de leur histoire numérique sur papier : ils racontent l'histoire et ils montrent leur storyboard terminé.

Le passage au numérique

Collecte des images

Les images de votre scénarimage doivent être intégrées dans l'iPad. Les possibilités sont infinies : dessiner, photographier et découper. Lors de la recherche d'images sur Internet, il est important d'informer les jeunes sur le droit d'auteur.

Enregistrement de la voix

Lorsque vous avez importé les images dans iMovie et que vous les avez mises dans le bon ordre, vous pouvez commencer à enregistrer l'histoire. Les jeunes enregistrent l'histoire dans leur propre voix, ce qui rend l’histoire instantanément plus pure et plus puissante.

Montage

La dernière étape consiste à agrandir ou à réduire la durée d'affichage de chaque image, afin de bien accompagner le son de l'histoire. Les jeunes écoutent l'enregistrement de leur voix et coupent la projection de chaque image plus courte, ou l'agrandissent.

Regarder

Lorsque chacun a terminé son histoire, le groupe se réunit pour regarder toutes les histoires numériques ensemble. C'est toujours un moment passionnant : chacun est curieux pour les autres films et pour les réactions qu'ils vont recevoir. Mais surtout, c'est un moment d'autonomisation, parce que les jeunes se sentent soulagés et fiers par la suite.

Évaluation

Un moment de réflexion est approprié : qu'est-ce qui était cool ? Qu'est-ce qui était difficile ? Y a-t-il quelque chose que vous avez appris et que vous pourrez utiliser à l'avenir ?

Êtes-vous enthousiaste à l'idée de commencer ? Téléchargez notre boîte à outils pour les enseignants et les travailleurs sociaux. Comme il est basé sur les ateliers qui ont été développés pour Digital Me, il contient trois guides : ‘Identité’, ‘Société et solidarité’ et ‘Daesh et les réseaux sociaux’.

La boîte à outils décrit en détail le processus d'un atelier de narration numérique et présente des outils concrets pour les faciliter. Il a été conçu pour tous les secteurs de l'éducation et de la formation formelles ou non formelles qui souhaitent travailler autour de l'identité, de la société et de la solidarité ou des médias sociaux et des SI.

Le toolkit décrit en détail le processus d'un atelier de Digital Storytelling et présente des outils concrets pour les faciliter. Il a été conçu pour tous les secteurs de l'éducation et de la formation formelles ou non-formelles qui souhaitent travailler autour des thèmes de l'identité, de la société et de la solidarité ou des médias sociaux et des SI.

Le toolkit Digital Storytelling